Éliane, bénévole écoutante pour Monalisa

"C'est un engagement professionnel, devenu personnel : la lutte contre l’isolement des personnes âgées."

Comment êtes vous arrivée dans l'association ?

La lutte contre l'isolement des aînés est un des "derniers chantiers" de ma carrière, en tant que chargée de mission action sociale territoriale à la Carsat Nord Est,  j’ai démarré ce " chantier" en 2014.

Rapidement dès 2014, la Carsat Nod Est et des partenaires locaux lancent une animation autour du lien social en faveur des aînés, au niveau individuel et collectif.

Le chargé de mission de l'Association Nationale Monalisa nous invite à élargir cette démarche.

L'idée de créer des équipes citoyennes de bénévoles sur le territoire vosgien germe, il s'agit de favoriser des visites de convivialité, des ateliers collectifs.

Alors que de nombreux acteurs « font du Monalisa sans le savoir », et que le comité de pilotage départemental qui s'est formé souhaite intégrer les associations, bénévoles, institutions, élus dans cette démarche collaborative, les actions se multiplient.

Finalement, devant l'ampleur des travaux de coordination à mener, le comité de pilotage lance un appel à candidatures départemental pour créer une coopération départementale Monalisa.

La Ligue de l'Enseignement des Vosges et la Fédération départementale des associations  ADMR sont cooptées. Les deux associations sont co-pilotes et portent la coopération.

De 2014 à 2018, j'ai la chance de vivre cette construction de projet et de la co-animer en tant que référente  pour mon employeur la Carsat Nord Est.

Comment êtes-vous passée du professionel au personnel ?

Quand arrive la pandémie, en mars 2020,  je suis encore salariée, confinée comme nous tous, en télétravail (quelle nouveauté!!!) et à l'orée de mon départ en retraite.

Je décide tout naturellement de concrétiser mon engagement en faveur des personnes âgées isolées.

Ainsi, à titre bénévole, les animatrices (parce qu'elles ont un 6 ème sens) me "confient" une personne de 83 ans, (que j'accompagne toujours) et puis une personne de 96 ans,  personnes qui souffrent de solitude à des degrés divers.

La veille téléphonique se met en place, je suis bénévole écoutante, pour moi sans problème (40 ans de travail social basé sur la relation d'aide facilite le lien social), mais j'imagine fort bien les besoins de bénévoles débutants.

Et là se mettent en place les outils : charte du bénévole,  visio pause-café avec des échanges, des thématiques utiles aux bénévoles.

C'est aussi la permanence téléphonique où l'on trouve toujours un interlocuteur, car le confinement amène ses questions, de vie quotidienne, ex:

"J'ai cassé mes lunettes, comment faire? "

"J'ai perdu mon conjoint mort du Covid, comment faire valoir mes droits?"  etc...

Et là, François Cholez (pour ne pas le nommer) crée des tableaux de bord sur les ressources existantes. Ainsi, les acteurs.trices aidant.es de plus en plus nombreux.ses sont répertorié.es et la coopération prend tout son sens.

A tel point que lorsque le député Mr Guedj désigné par Mr Olivier Véran, réalise des recensements sur les problématiques liées au confinement et les solutions à apporter aux anciens à domicile et en établissement, il devient aisé pour le département 88 de répondre à la mission nationale au sein de mon organisme. Grâce aux travaux de la Ligue de l'Enseignement des Vosges il a été très facile de faire remonter les données sur l'existant, pour mon employeur et via notre réseau national.

Comment vivez-vous votre engagement ?

D'une manière générale, la Ligue de l’Enseignement apporte sa technicité pour la formation des bénévoles, en présentiel (j'en fais partie) puis par visio, Emilie Hesse, la responsable du service éducation et lien social de la Ligue de l'enseignement, concocte un beau programme à venir.

Bénévole, je ne me sens pas perdue: la gazette mensuelle (dont une des personnes âgées que j'accompagne est « friande ») des cours de sophrologie (car il faut aussi gérer notre propre angoisse face à cette situation, et celle des personnes âgées plus fragiles) sont régulièrement proposés.

Et puis des initiatives auxquelles je ne croyais pas sont menées par visio, notamment une journée départementale ! Cette réussite est le fruit du dynamisme des animatrices et de leurs référents.

Après et pour terminer, j'en viens au volet Vie associative de votre structure.

Tout le long de la démarche et depuis le début du co-portage, les bénévoles et les partenaires de la coopération peuvent compter sur l'aide précieuse des personnes en service civique. La Ligue a joué un rôle prépondérant en les recrutant et les accompagnants. Et les réalisations sont exponentielles : récit de vie, affiches, flyers, guides pour les bénévoles.

Et puis il faut citer le travail de partenariat qui s'intensifie avec les scolaires, les lycées, grâce notamment aux cartes de la fraternité.

Les cartes de la fraternité : un projet poétique et politique

Toute cette jeunesse rafraîchit.

Avec des équipes aussi motivées, Rachel, Emilie, Christine, je me sens armée pour continuer ce bénévolat.

Et surtout les retours des personnes que j'accompagne me font un plaisir immense.

Eliane Brengard